Sorry, this entry is only available in European Spanish. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Les Bleus sont devenus champions du monde, dimanche 15 juillet, en battant la Croatie 4-2 en finale. La presse étrangère salue cet exploit mérité, qui entre dans la légende du sport. Pour les quotidiens internationaux, cette victoire française est avant tout celle d’un état d’esprit. 

“La France est championne du monde, et elle le mérite amplement car elle a aligné la meilleure et la plus réaliste des équipes de ce qui a sous doute été la plus belle des Coupes du monde de l’histoire”, assure le britannique The Daily Telegraph.

Selon la Süddeutsche Zeitung, “Seul le meilleur collectif pouvait remporter cette Coupe du monde, où l’individu isolé ne servait à rien. Ce concept avait été quelque peu oublié dans l’hystérie qui entoure le football moderne, avec ses Messi, Ronaldo et Neymar. Une Coupe du monde est une aventure comprenant sept étapes : le devoir passe avant le freestyle, la sécurité avant le spectacle”. 

“La plus excitante des finales récentes s’est déroulée avec une bande-son de tonnerre”, poursuit la BBC.

“La France championne du monde et du pragmatisme”, titre ainsi El Mundo en Espagne. Selon le quotidien de Madrid, “cette compétitivité, avec laquelle l’esthétique passe au second plan, définit parfaitement la recette du succès de ce Mondial, le tournoi des coups de pied arrêtés et de l’arbitrage vidéo”.

A Buenos Aires, le journal Clarín reconnaît “le triomphe du collectif sur les étoiles”. 

L’hommage rendu à Didier Deschamps est unanime à l’étranger. The Wall Street Journal reconnaissant que l’entraîneur des Bleus a réussi à unir “une équipe avec tellement de talents que même en atteignant la finale de la compétition, elle a été critiquée pour ne pas jouer avec son plein potentiel”. 

Mais comme le met en avant La Vanguardia, “la France a gagné cette deuxième étoile avec autorité et justice”.

Comme le souligne The Independent en battant “cette courageuse équipe de Croatie, la France est devenue immortelle dans le monde du football”.

En Italie, le Corriere della Serra s’incline aussi devant cette victoire française : “Après avoir reconnu et célébré pendant des années les modèles espagnol et allemand, il est temps de dire que l’avant-garde du football mondial se situe en France”.

Tous les joueurs de l’équipe de France ont bien sûr été formés en France. Mais Didier Deschamps n’a pas éludé le sujet, samedi en conférence de presse : « L’équipe de France a des joueurs d’origine africaine ou d’outre-mer. Et ça a toujours été une richesse pour le football et pour tous les sports français. Ils sont tous français, et tous fiers d’être français. Mais évidemment que du fait de leur origine, leur enfance, les amis, la famille qu’ils ont dans différents pays, il y a un attachement », a naturellement expliqué le sélectionneur et ancien capitaine. 

Il ne fait aucun doute que les champions du monde représentent l’actuelle réalité européenne. On verra si aussi, après ce mondial, les origines des gens du commun seront considérées, dans l’Union Européenne, comme une richesse au sein de professions qui ne sont pas liées au monde du sport.