Sorry, this entry is only available in European Spanish. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Jeudi 19 juillet. Donald Trump invite Vladimir Poutine à Washington trois jours après le sommet à Helsinki. La position du président américain, trop conciliante avec son homologue russe lundi dernier, a été critiquée de toutes parts aux États-Unis. Beaucoup, y compris dans le camp républicain, reprochent à Trump de ne pas avoir demandé des comptes à l’homme fort du Kremlin pour les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016 aux États-Unis, lors de leur rencontre en Finlande. Selon la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, cette nouvelle rencontre doit permettre de “poursuivre le dialogue” entre les deux puissances. 

La date de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, le 29 mars 2019, s’approche. À Londres, à Dublin et à Bruxelles, les préparatifs s’intensifient. Dominic Raab, le nouveau ministre britannique du Brexit, a rencontré pour la première fois Michel Barnier, négociateur en chef côté européen, jeudi a Bruxelles. Selon l’Irish Times, “à Dublin et à Bruxelles se confirme chaque jour un peu plus le sentiment que le gouvernement britannique est incapable de concrétiser le Brexit doux”. La Première ministre Theresa May est sous pression. Elle a annoncé, mercredi, que “70 documents allaient être distribués aux entreprises et aux particuliers pour expliquer les implications concrètes d’une sortie sans accord”, assure le Financial Times. La Commission européenne prévient: “Si aucun accord n’est ratifié d’ici au 29 mars 2019, il n’y aura pas de période de transition et les lois européennes cesseront de s’appliquer au Royaume-Uni”. Tempête en vue, donc, pour ce qui est du Brexit. 

La Suède connait les pires feux de forêt de son histoire dans des régions protégées, telles que la Laponie. Depuis plusieurs jours, 2500 hectares ont brulé et les incendies se déplacent à une vitesse de 10 mètres carrés par minute. Peu préparée à la violence de ces incendies, la Suède a fait appel à l’Union européenne mercredi. La Norvège et l’Italie ont répondu envoyant Canadair et hélicoptères pour aider les soldats du feu suédois. Des températures anormalement élevées et une sécheresse prolongée sont les causes de ces feux. Maintenant, ces feux de forêt viennent s’ajouter à la liste de ceux qui ont ravagé le Portugal, l’Espagne et l’Italie à l’été et à l’automne de l’année dernière.